2012 : la France en récession

(Reading time: 2 - 3 minutes)

l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) Reuters - TONY GENTILEprévoit dans sa dernière note de conjoncture, publié jeudi 15 décembre, que la France entrera en récession en 2012. La perte du AAA est de plus en plus certaine.

Selon l'Insee, le produit intérieur brut (PIB) de la France reculera de 0,2 % au quatrième trimestre 2011, et de 0,1 % au premier trimestre 2012. C'est la deuxième récession en France depuis 2007, la quatrième depuis 1949.

L'agence de notation Standard and Poor's avait déjà estimé, jeudi 1er décembre, que la zone euro pouvait entrer en récession au premier semestre 2012.

Le choc de la crise de la dette souveraine

La croissance devrait repartir à la hausse au deuxième trimestre 2012, de faible intensité : fin juin 2012 la croissance du PIB sera nulle, c'est-à-dire de 0%.

Cette courte récession est le résultat d'un enchaînement d'événements liés entre eux :

  • La pression sur l'économie depuis la crise financière de 2008
  • La crise sur le financement des dettes publiques. Cette crise s'est propagée au système financier, et a touché l'économie réelle.

La Commission européenne et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont aussi prévu une récession, courte, sur deux trimestres.

De l'avis de Sandrine Duchêne, chef du département de la conjoncture à l'Insee, l'économie se stabilisera très doucement. "Le choc s'est transmis à l'économie réelle : la dégradation depuis l'été des enquêtes de conjoncture européennes le montre sans ambiguïté".

La zone euro sera aussi touchée par la récession. Les conditions de financement des entreprises et de financement des ménages "commencent à se durcir", analyse l'Insee. La récession devrait être plus longue et plus forte en Italie et en Espagne. En l'Allemagne, le PIB devrait reculer uniquement lors du dernier trimestre 2011.

Graphique - INSEE

Les Français face à la crise

La courte récession prévue par l'Insee impacterait l'emploi, la consommation et l'épargne des Français.

l'institut de la statistique estime que le chômage, à 9,3% de la population active en métropole aujourd'hui, pourrait atteindre 9,6% en juin 2012. Il dépassera le seuil de 10% sur la totalité du territoire.

Face à un avenir qui s'assombrit, les français maintiennent un fort taux d'épargne. De 17,1% au deuxième trimestre 2011 (un record depuis 1983), il sera de 16,8% en moyenne sur l'année 2011. Les dépenses des ménages en produits manufacturés ont diminué au 2e et 3e trimestres. "L'élan de la demande interne semble donc s'être grippé", estime l'institut dans sa note de conjoncture. C'est un cercle vicieux, moins les français dépensent, plus la croissance du PIB est fragile.

Le AAA de la France s'évaporera

La perte du triple A de la France se renforce. Standard & Poor's avait déjà mis la note de la dette sous surveillance négative. L'assainissement des finances publiques du pays tablait sur des hypothèses de croissance trop optimistes pour 2012.

L'Elysée cherche à minimiser la portée d'une telle dégradation. Pour Nicolas Sarkozy ce serait « Une difficulté de plus mais pas insurmontable ». Selon le candidat socialiste, François Hollande, la perte du AAA serait « un échec très grave pour Nicolas Sarkozy ».

Derniers articles