SNCF : une entreprise pas si bénéficiaire

(Reading time: 2 - 3 minutes)

La SNCF devrait verser en 2012 un dividende record de 230 millions d'Euros àAFP-Archives - Miguel Medina l'Etat. Selon la règle utilisée depuis 2007, ce dividende correspond à 30 % du résultat net de l'entreprise, sans compter les résultats exceptionnels. Le bilan financier de la SNCF est moins vert qu'il n'y paraît. 

Une année verte pour la SNCF

L'édition du quotidien Les Echos du mercredi 21 décembre a dévoilé des informations exclusives sur le projet de budget 2012 de la SNCF qui sera examiné jeudi 22 décembre par le conseil d'administration de l'entreprise ferroviaire. "Un record depuis l'instauration de cette pratique sur l'exercice 2007", explique le quotidien à propos de ce dividende exceptionnel.

Le ministre chargé des transports, Thierry Mariani, a confirmé mercredi cette information. Interviewé par France 2 sur le versement de ce dividende record, le ministre a déclaré : "C'est une bonne nouvelle". "Même si d'un côté on reçoit 230 millions, de l'autre côté on en sort beaucoup plus. Ces dividendes compensent à peine ce que l'on donne pour maintenir les trains dans les villes moyennes en France, pour les trains d'équilibre".

Quand la question sur ce qu'allait faire l'Etat de ce dividende exceptionnel lui a été posée, le ministre des Transports a répondu : "C'est prévu pour aller à l'actionnaire principal, c'est-à-dire tous les Français".

Un bilan contrasté pour la SNCF

Le montant de ce dividende laisse estimer que le résultat net de la Raymond Roig - AFP-ArchivesSNCF pour l'année 2011 serait d'environ 700 millions d'euros. Là aussi, un record pour la SNCF. La véritable question est de savoir d'où peut venir un résultat bénéficiaire comme celui-ci.

Un résultat positif peut être dégagé de plusieurs manières :

  • Un investissement extérieur qui comblerait le déficit opérationnel
  • La vente d'actifs (bâtiments, terrains)
  • Des opérations financières positives
  • Et, bien évidemment, une activité opérationnelle dont les revenus sont supérieurs aux charges (dépenses)

L'Etat, et les autres actionnaires de la SNCF, devront vérifier que ces bons chiffres doivent à l'évolution de l'activité de l'entreprise française. Le bilan financier pourrait être plus noir si l'endettement, 9,6 milliards dans le budget de 2011, n'est pas maitrisé et si des éléments comptables qui ne sont pas lié à l'exercice opérationnel, comme une dépréciation des rames TGV selon les Echos, viennent fausser le réel bilan de la SNCF.

Les assises du ferroviaire français, qui se sont terminées jeudi 15 décembre, ont dégagé plusieurs problématiques.

Selon la commission, le poids de la dette dans le ferroviaire reste significatif : "la situation de la dette apparaît comme l'un des principaux enjeux du rail français. Elle s'élève aujourd'hui à 32 milliards d'euros et pourrait doubler à l'horizon 2025. Il manque chaque année 1,5 milliards d'euros pour équilibrer ses comptes".

Le coût de renouvellement des lignes principales a doublé en dix ans, rénover une ligne coûte près de 1,1 million d'euros par kilomètre en 2010.

Derniers articles