• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Le Noël des banques par la BCE

zone euro (bruxelles.blogs.liberation.fr)

489 milliards d’euros, c’est le montant du prêt accordé ce mercredi 21 décembre par la Banque Centrale Européenne. 523 banques européennes sont concernées par ce prêt sur une durée de 3 ans. Malgré l'ampleur de la somme, les économistes pensent que ce prêt ne suffira pas à éponger la crise de la dette en Europe.

Noël tombe en avance pour les banques européennes qui peuvent se permettre un répit. Même si cette somme n’est pas suffisante au regard des économistes, elle permettra de gagner du temps en attendant la mise en place d’une solution plus efficace à long terme. Ces derniers avaient prévu que le montant concerné par cette opération historique serait entre 100 et 500 milliards d’euros. En théorie, les banques pouvaient emprunter une somme proportionnelle aux garanties qu’elles pouvaient fournir à la BCE. 

Ce prêt monumental n’est pas suffisant, mais il permettra aux banques européennes de mieux anticiper leur déficit du premier trimestre de 2012. Elles peinent déjà à trouver des investisseurs pour leur futur refinancement. La somme injectée directement dans le système bancaire européen ne concerne qu’un peu moins de 200 milliards d’euros, le reste étant attribué à des prêts sur une semaine, trois mois ou un an. Ces prêts n’ont pas été renouvelés ces derniers jours dans l’attente de cette opération spéciale.

Selon Christian Schulz, de la banque Berenberg, « avec une aide aussi généreuse, le spectre de faillites d'institutions financières à cause de problèmes de liquidités devrait s'éloigner, faisant disparaître l'un des risques qui pourraient entraîner une détérioration de la crise de la dette. »

La BCE espère que cet argent servira aux prêts en faveur des ménages et des entreprises européennes. Ces prêts contreraient un effondrement du crédit européen.  Les emprunts des états européens ne semblent pas favorisés. Selon les économistes, les banques espagnoles et italiennes ont acheté des obligations souveraines ces derniers jours, afin de posséder plus de garanties pour cette opération.

Celle-ci ne permettra pas de « sauver la zone euro » d’après Jonathan Loynes, de Capital Economics, « les montants en jeu ne se substituent pas aux achats bien plus importants, ou aux garanties, que les marchés attendent de la BCE elle-même. »

La Banque Centrale Européenne refuse toujours de racheter massivement de la dette souveraine. Elle invoque son indépendance.

La prévision des marchés est plus optimiste pour 2012 que pour 2011. France et Allemagne par exemple, devraient emprunter moins que cette année, respectivement 178 milliards et 250 milliards d’euros.

BCE (wikipedia)La Finlande a également accordé un prêt de 7 milliards d’euros au FMI, une goutte d’eau dans cette crise. Les autres pays de la Zone Euro se sont engagés, eux, à prêter 150 milliards d’euros au FMI.

Herman Von Rompuy, Président de l’Union Européenne, a fixé à la date du 30 janvier la prochaine réunion au sommet des dirigeants de la Zone Euro. Les sujets débattus seront dominés par la Crise et par l’ébauche d’un Pacte budgétaire, dont les tractations ont débuté mardi dernier.

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos