Festivals annulés, fermeture des lieux publics prolongée : « le pire des scénarios possibles »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Rock_in_evreux_Lucas_Pierre.jpg

CORONAVIRUS - Lundi 13 avril, le président de la République annonçait le début du déconfinement le 11 mai prochain. Mais les lieux accueillant du public resteront fermés et les festivals sont annulés jusqu’à mi-juillet.

 

« Les lieux rassemblant du public, restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle et musées resteront en revanche fermés. Les grands festivals et événements avec public nombreux ne pourront se tenir au moins jusqu’à mi-juillet prochain », a prévenu le chef de l’État, lundi soir. En fonction de l’évolution de l’épidémie, cette date pourrait être encore repoussée.

Bon nombre de festivals estivaux annulés ou reportés

Le festival de Cannes ou encore le festival d’Avignon ne se tiendront pas aux dates prévues. Le premier devait déjà être reporté à fin-juin voire début juillet. Cela n’est désormais plus faisable. Avignon, quant à eux, ont annulé les grands rendez-vous de l’été. Autre report, mais cette fois-ci d’un an, les festivals de musique qui devaient se tenir en juin comme le Hellfest à Clisson ou Lollapalooza à Paris. Le festival Solidays, lui, est totalement annulé. « Nous avions pensé reporter à septembre mais il y aurait encore trop d’incertitudes. Nous sommes obligés d’annuler » détaille le fondateur des Solidays, Luc Barruet. Cette annulation représente « 3 millions d'euros de pertes » pour l'association « Solidarité Sida » dont il est le directeur-fondateur. Une somme qu’il essaye tout de même de réunir. Le directeur appelle à la solidarité de tous ceux qui avaient déjà acheté leurs tickets. Il demande, à ceux qui le peuvent, de ne pas solliciter le remboursement, même si ces tickets ne seront pas valables pour une édition prochaine. « On va demander à nos partenaires publics et privés de maintenir leurs subventions et soutiens en dépit de l’annulation » a-t-il ajouté. 

« 35% de partenariats privés » 

En Bretagne, à Saint-Brieuc, c’est le festival Art Rock, qui devait se dérouler du 29 au 31 mai, qui n’aura pas lieu. La directrice du festival, Carol Meyer précise : « nous avons des milliers de billets à rembourser, il va falloir faire les comptes, discuter avec les acteurs de l’événementiel avec qui nous avons signé des contrats ». L’inquiétude repose aussi sur les mécènes qui auront sûrement des difficultés à financer le festival l’année prochaine, alors que le budget d’Art Rock, « c’est 35% de partenariats privés ». Cette manifestation représente aussi 1,6 million d’euros de retombées économiques dans le centre-ville de Saint-Brieuc. Pour les hôtels, bars, restaurants qui vivent déjà une période difficile, l’annulation du festival est un autre coup dur.

Le tourisme et l’hôtellerie, d’autres secteurs sévèrement touchés

 L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) estime qu’il s’agit du « pire des scénarios possibles. Pour nos entreprises, la catastrophe économique est confirmée et, si nous avions un doute, l'année 2020 est une année perdue pour les cafés, hôtels, restaurants et discothèques ». Et ce, même si le président promet un plan spécifique pour ces secteurs, comme l’annulation de charge pour certaines entreprises et le prolongement du chômage partiel. Pour Patrice Mounier, président du syndicat des restaurateurs et des hôteliers du Vaucluse, la seule lueur d’espoir réside tout de même dans l’exonération de charges qu’Emmanuel Macron a évoquée. « C’est un mot que tous les restaurateurs, hôteliers, cafetiers ont entendu ». Ce serait « le seul moyen de ne pas mourir dès le mois de septembre ».

Le secteur de la culture aussi en difficulté

Musées, théâtres et salles de cinéma ne rouvriront pas dès la fin du confinement. Franck Riester, le ministre de la culture a tweeté, mardi soir que « Pour le monde de la culture, les mois qui viennent seront difficiles. La mobilisation du ministère de la culture ne faiblira pas. Nous serons aux côtés de tous les acteurs culturels et mettrons en place un plan spécifique annoncé par Emmanuel Macron ». 

 

Photo : Lucas Pierre / Fréquence ESJ

Derniers articles