• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Mon frère le Che : retour sur une vie de révolution

28942177_2063611750321108_349604747_o.png

 CRITIQUE - Sorti en 2016, le livre « Mon frère le Che » revient sur la vie trépidante d’Ernesto Guevara contée par son frère, Juan Martin Guevara. De sa jeunesse à Cuba, les confidences déconstruisent toutes les idées reçues sur un des plus grands révolutionnaires contemporains.

 

« Être le frère du Che ne peut pas être anodin. Mais il fallait bien qu’il soit le frère de quelqu’un. Il se trouve que c’est tombé sur moi. Pendant longtemps, je n’ai été que Juan Martin Guevara, puis je suis devenu le frère d’Ernesto Guevara. Et ensuite, celui d’une légende, le Che. » Après d’innombrables écrits sur le célèbre révolutionnaire Argentin, c’est au tour de son frère, Juan Martin Guevara de raconter. Raconter une jeunesse atypique suivie d’un destin exceptionnel. Frère cadet d’une fratrie de cinq enfants, Juan Martin Guevara prend rapidement conscience de l’Histoire qu’est en train d’écrire son frère. Mais il n’est pas question de raconter pour raconter. Plongée dans un silence de plomb après l’annonce de sa mort, le frère cadet a attendu cinquante ans avant de finalement retracer la vie du Che.

Loin de l’icône

Tandis que les jeunes du monde entier arborent des tee-shirts à l’effigie du Che, peu ont eu l’occasion de s’attarder sur sa vie et sur son parcours. Dès le début du livre, son frère, Juan Martin Guevara est catégorique : le Che n’est pas une icône. Nul ne doit le prier ni le diviniser. Plusieurs années après la mort de son frère, Juan Martin Guevara s’est rendu en Bolivie – à La Higuera – sur les lieux de son « assassinat ». Il a été surpris face à la découverte d’un réel mausolée en l’honneur de son frère et surtout, de toute l’industrie qu’avait suscité le Che. Face à ces différents « goodies », Juan Martin Guevara s’est vu navré de la commercialisation de son image. Il va encore plus loin : le Che ne peut être résumé en quelques lignes, ce n’est pas juste un révolutionnaire ou un guérillero.

« Le Che voulait donner, pas prendre »

Il n’a pas toujours été facile pour la famille Guevara d’assumer le mythe du Che. Après sa mort, le poids du mythe s’est fait ressentir. Entre exil et prison, les membres de la famille Guevara ont subi différentes épreuves. Les parents se sont exilés à Cuba sous l’œil aimant de Fidel Castro tandis que les frères et sœurs tentaient de répandre le message du Che. Il était question de défendre l’indéfendable – soit les opprimés – des différents régimes autoritaires. Juan Martin Guevara a essayé de reprendre le flambeau du Che. Entre réunions clandestines et mouvements ouvriers, il a passé plusieurs années en prison. Il n’a jamais été question d’abandonner. « Le Che voulait donner, pas prendre » tandis que les autorités tentaient de tenir les opposants. À travers cet ouvrage, Juan Martin Guevara démonte le mythe du Che. Ce livre a pour objectif premier d’humaniser Ernesto et surtout de « revendiquer les idéaux de mon frère. Je parle en son nom. » 

Mon frère le Che de Juan Martin Guevara et Arielle Vincent – Éditions Le livre de poche – 376 pages, 7,90 euros

Photo : archive de la famille Guevara

Derniers articles

RSS

Sur le même sujet

Dernières vidéos