• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Yannick Bourdelle : « Je savais que je m’éclaterais à mes 30 ans et c’est le cas »

Yannick_Bourdell.jpg

INTERVIEW - En ce moment sur scène pour son spectacle Yannick Bourdelle est Robert Lamoureux. Le jeune comédien était l’invité de Storytelling cette semaine, où il est revenu sur son spectacle original consacré au monument de l’humour français.

 

Le spectacle de Yannick Bourdel est saisissant et surprenant à la fois. Le jeune comédien nous fait plonger dans l’univers des années 50 de Robert Lamoureux à la perfection. Mais comment un aussi jeune artiste peut-il être autant intéressé par un comédien d’une génération si lointaine? « Je ne sais pas, il faudrait faire un peu d’hypnose pour le savoir mais les plus vieux souvenirs que j’ai de moi enfant sont avec lui, à 4-5 ans je suis devant la 7ème compagnie, devant De Funes et Bourville, je n’ai jamais regardé de dessins animés quand j’étais gamin. Ces films m’ont accompagné durant l’enfance, et à ladolescence jai traîné sur Robert Lamoureux, j’ai commencé à vraiment m’intéresser à lui à 18 ans».

Une fascination qui poursuit l’artiste de longues années, comme il l’explique sur la création de ce spectacle: « C’est une frustration de vingt ans, un rêve que je continuais de nourrir, et j’en suis arrivé à un stade où j’étais régisseur depuis plus de dix ans. J’ai réalisé tous mes rêves de régisseur en travaillant quatre ans avec Alexandre Astier, qui m’a donné le plus beau conseil, il me disait « il ne faut rien attendre de personne, quand on a envie de faire quelque chose il faut le faire ». J’ai relu chez moi un poème de Lamoureux et je me suis dit que le meilleur moyen de lui rendre hommage était de monter sur scène ».

Un hommage totalement réussi, tant sur la forme que sur le fond. Yannick Bourdelle nous plonge, grâce à l’ambiance intimiste de la Comédie de Paris, dans une époque lointaine et passionnante de l’après guerre en France. Il fait ressurgir les succès et le parcours si impressionnant du créateur du stand up.

 

« On m’a tellement rabaché que mon spectacle ne marcherait pas et n’attirerait que des vieux dans la salle, qu’à un moment on fini par y croire »

 

Avec plus de 80 représentations dans toute la France, le spectacle est un succès total. Un succès qui a mûrit au fur et à mesure des représentations, « avant de monter sur scène j’ai vu ma vie défiler en deux secondes. Je suis très bien sur scène, je pourrais jouer deux heures. Mais il y a eu des moments de doute, j’en suis à la troisième version de mon spectacle. Au moment de créer ce spectacle j’ai pondu une première version mais je me suis rendu compte que ça n’allait pas toujours ». Un spectacle qui a évolué comme le public, qui est composé de plus en plus de jeunes en désir de découvrir la vie et l’oeuvre de Lamoureux.

Entre chansons, poèmes et images d’archives de la vie de l’artiste de Papa maman la bonne et moi, Yannick Bourdelle, grâce à de multiples collaborations, notamment celle de Sophie Lamoureux, fille de Robert, réussit à proposer un spectacle agréable qui nous plonge dans la joie de vivre des cabarets parisiens des années 50.

Et quand on demande à l’artiste ses projets futurs, Yannick Bourdelle ne se défile pas , « j’ai un projet d’écrire un livre sur les coulisses de la 7ème compagnie, je suis en train de réfléchir et d’écrire un nouveau spectacle que j’espère sortir l’année prochaine mais je veux continuer à aller taquiner le patrimoine … Mon héros Jacque Brel, c’est un fou furieux lui, je vais le taquiner dans le deuxième spectacle, c’est l’incarnation de la liberté, c’est le Don Quichot des temps modernes ».

 

Un spectacle qu’il assure différent de celui sur Robert Lamoureux et un jeune artiste qui n’a pas fini de nous surprendre. 

Derniers articles

Dernières vidéos