Le dessinateur Uderzo est mort : une page se tourne

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Uderzo_astérix_et_obélix_mort.jpg

PORTRAIT - Le dessinateur de la bande dessinée « Astérix » est mort ce mardi 24 avril à l’âge de 92 ans d’une crise cardiaque, à son domicile de Neuilly-sur-Seine. Avec René Goscinny, il a donné naissance au gaulois le plus célèbre de l’univers de la bande dessinée.

 

Le dessin, il y est tombé dedans quand il était petit. Passionné dès son plus jeune âge par la bande dessinée, il décroche son premier boulot dans la Société Parisienne d’Edition et publiera son premier dessin à l’âge de 15 ans. C’est aussi à ce moment qu’il rencontre son mentor, Calvo, auteur de bandes dessinées après une courte carrière de caricaturiste au Canard Enchaîné. Daltonien et atteint d’une malformation congénitale aux mains (il est né avec 12 doigts), Uderzo n’était pourtant pas prédestiné à être dessinateur. Il décide quand même de vivre de sa passion et commence par travailler pour différents journaux.

Rencontre avec René Goscinny et début de collaboration difficile

En 1951, Uderzo rencontre René Goscinny alors qu’il travaille pour l’agence World Press. Il forme avec lui le fameux tandem qui va permettre l’un des plus gros succès de la bande dessinée française. Les deux hommes se découvrent de nombreux points communs comme leur amour pour la BD et une admiration pour Walt Disney. C’est une amitié de 26 ans qui débute. Après leur licenciement de World Press pour avoir monté un syndicat de dessinateurs, Goscinny et Uderzo fondent avec Jean-Jacques Sempé et Jean-René Le Moing leur propre agence de presse et de publicité. Les débuts sont difficiles mais Uderzo persévère dans le dessin et lance avec Goscinny et d’autres dessinateurs « Pilote » : un hebdomadaire de BD qui fait ses débuts en 1959. C’est dans le premier numéro de « Pilote » qu’apparaît Astérix, irréductible gaulois dans son village d’Armorique résistant encore et toujours à l’envahisseur romain. Uderzo se serait inspiré de son enfance dans la Bretagne profonde où il a passé deux années avec son frère qui échappait au Service du Travail Obligatoire.

Le phénomène « Astérix »

La première aventure d’« Astérix » est éditée en 1961 et connaît un succès modeste. Uderzo est au dessin et Goscinny au scénario. Ce n’est qu’au fil des années que la bande dessinée devient un véritable phénomène, dépassant le million d’exemplaires édités en 1966 avec Astérix et les Normands. En parallèle, les premiers dessins animés des aventures d’Astérix et Obélix sortent au cinéma. Mais le 5 novembre 1977, Uderzo est abattu par la mort de René Goscinny, décédé d’une crise cardiaque alors qu’il réalisait un test d’effort chez son cardiologue. Il dira être resté assis 24 ou 48 heures après avoir appris la terrible nouvelle. Contre vents et marées, il décide tout de même de reprendre à lui tout seul la publication d’Astérix en assurant en plus des dessins, la scénarisation. En 2009, à l’occasion du 50e anniversaire d’Astérix, Uderzo réalise son dernier album avant de passer le relais à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad mais continue à avoir un droit de regard sur leur travail. Aujourd’hui, « Astérix » représente 370 millions de bandes dessinées vendues, traduites en 111 langues, plusieurs produits dérivés, un parc d’attraction et 38 aventures de 48 pages.

Lors d’une interview réalisée en 2018, le dessinateur déclarait : « Je ne veux pas laisser Astérix entre d’autres mains après ma disparition. Je n'ai pas envie de prendre le risque de tout ficher en l'air, de faire n'importe quoi pour de l'argent ». Avec la mort de son créateur, les aventures d’Astérix touchent donc peut-être à leur fin. 

 

Photo : Gilles Bassignac / Divergence

 

Derniers articles