Michou, le prince bleu de la nuit parisienne, est mort

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Michou_décès_Joel_saget_afp.jpg

PORTRAIT - Originaire d’Amiens, Michel Catty de son vrai nom, avait créé son cabaret à Montmartre. Exubérant et démesuré, ce lieu est devenu incontournable pour les adeptes des folles nuits parisiennes.

 

Le célèbre cabaret de Montmartre, Chez Michou, est en deuil aujourd’hui. Son directeur, Michel Catty, est mort à l’âge de 88 ans. « Il est mort ce matin tôt dans un hôpital de Paris », a précisé François Deblaye son attaché de presse.

Originaire d’Amiens, Michel Catty nait un jour de juin 1931. C’est à 17 ans que Michou découvre la capitale. Il enchaîne les petits boulots : garçon de café ou encore vendeur de journaux à la criée. Avec son argent, Michou reprend en gérance le bar Chez Madame Untel, au 80 rue des Martyrs, à Montmartre.

Le cabaret Chez Michou ouvre en juillet 1956. Ce nom, il le puise de son histoire. Michou est la contraction de « mimi » surnom que lui donnait sa grand-mère et de « chouchou » comme l’appelaient ses amis. Cinq ans après son ouverture, Chez Michou lance son premier spectacle de travestis. Lui et ses amis se déguisent en femmes. « Je me faisais appeler Miss Glassex. Les deux autres copains incarnaient les personnages de La Grande Eugène et Phosphatine », explique Michel Catty à Artistik Rezo en 2014. C’est lui qui inspire à Jean Poiret sa célèbre pièce de théâtre « la Cage aux Folles ».

LE STYLE DÉMESURÉ DU CABARET CRÉÉ SA RENOMMÉE

L’établissement à la devanture rose doit sa renommée à son exubérance. Un article de France Soir « Quand Paris se travestit » attire l’attention des parisiens. Dans la salle, les interprètes chantent en play-back les chansons d’Edith Piaf, Brigitte Bardot, France Gall et bien d’autres.

Le 80 rue des Martyrs devient un lieu de référence des soirées parisiennes. Chaque soir, la salle aux lumières tamisées roses déborde de monde. Les parisiens viennent assister aux spectacles originaux et délurés de Michou et ses michettes. La fête bat son plein et le champagne coule à flot. Dans son autobiographie, « Michou Prince bleu de Montmartre » (Le Cherche Midi), il déclare se faire appeler par ses amis « la fontaine de jouvence ». Selon ses dires, il buvait deux bouteilles et demie de champagne par jour.

UN HOMME TOUCHANT ET UN HOMMAGE POIGNANT

Une vie haute en couleur, c’était la devise de son existence. S’il a choisi le rose pour son cabaret, sa couleur fétiche était le bleu. De son costume, à la décoration de son appartement en passant par sa cravate, Michel Catty ne jurait que par cette couleur. Lunettes kitsch et brushing décoloré, Michou assumait parfaitement son homosexualité. Depuis 2001, il partageait sa vie avec Erwann Toularastel.

Sacré chevalier de la légion d’honneur en 2005, Michou a su garder les pieds sur terre. Chaque mois, il invitait une dizaine de personnes âgées de Montmartre à venir déjeuner et voir un spectacle. Un hommage à sa grand-mère, amiénoise analphabète, qui l’a élevé avec tendresse. 

Alain Coquart, le président de l’association La République de Montmartre a déclaré être très touché. « Montmartre était devenue sa patrie. Michou ton cœur immense a cessé de battre. Tes 63 ans de cabaret resteront gravés à jamais dans l’histoire », a-t-il écrit sur son site internet. Conformément à son souhait, Michel Catty sera inhumé au cimetière Saint-Vincent à Montmartre. 

 

Photo : Joël Saget / AFP

Derniers articles