Helmut Fritz : « Je vais proposer une suite ! »

(Reading time: 3 - 5 minutes)
Helmut_fritz_clip_ça_menerve_2020.JPG

INTERVIEW / VIDEO - Eric Greff, alias Helmut Fritz, connu en 2009 pour son titre « Ça m’énerve », a sorti une nouvelle version de son premier succès le 10 avril : « Ça m’énerve 2020 ». A cette occasion, il était l’invité de « Sortez Dedans ! Le Divertissement », mercredi 29 avril. Il a annoncé préparer une suite avec son personnage Helmut Fritz.

 

« Aujourd’hui, Helmut revient dans ce confinement et je me marre bien ! ».  Le 10 avril, Eric Greff, ou plutôt Helmut Fritz, a fait son grand retour avec une reprise de « Ça m’énerve », spéciale crise du Coronavirus : « Ça m’énerve 2020 ». L’idée lui est venue chez lui : « comme un millard de gens, j’étais chez moi et je me faisais chier à crever. Je regardais les créations de différents artistes et ce qui me plaisait le plus, c’était ceux qui donnaient leur soutien au personnel hospitalier. Je trouvais ça bien mais c’était fait d’une manière trop triste. Certaines chansons étaient vraiment à se pendre. Je me suis dit que les gens n’avaient pas besoin de ça en ce moment ». Le chanteur revient donc avec une version de son titre à succès qui redonne le sourire. « J’avais ‘Ça m’énerve’ qui dormait depuis longtemps. En plus, il y avait des phrases dans la chanson qui se prêtaient vraiment à l’actu. Je disais déjà à l’époque ‘C’est la guerre !’ et c’est exactement ce que Macron a dit » explique-t-il.

Plus de 3 millions de personnes ont déjà visionnées le clip de « Ca m’énerve 2020 ». Pour Eric Greff, reprendre son succès de 2009 est une décision payante. « Les gens sont au rendez-vous et le clip a déjà des millions de vues. Je ne m’attendais pas à ce que les gens réembraient comme ça et c’est du bonheur ! ». L’artiste a donc décidé de continuer son confinement en compagnie de son avatar allemand. Il compte « proposer une suite dans les semaines qui arrivent ! ». Poussé par sa femme qui lui dit de s’amuser et de donner au public ce qu’il réclame, Helmut Fritz reviendra donc « dans quelques semaines » avec une suite de « Ça m’énerve » et « Ça m’énerve 2020 ».

L’histoire d’Eric Greff

Ancien cadre commercial pour le groupe BMW, c’est une folie qui a fait sortir Eric Greff de son quotidien à 30 ans. « Cette vie ne me convenait pas, avec le côté académique et répétitif, alors que je suis excentrique ! J’ai besoin d’exulter et d’exprimer des choses artistiques ». Il a donc démissionné pour réaliser son rêve : faire de la musique. Après avoir enchainé trois ans de galère, à faire « des petits boulots pour payer des incompressibles », il a « décidé de ruser et de créer quelque chose pour obliger les gens du métier à mettre un regard sur -son- travail ». « J’ai donc créé ce personnage loufoque » explique-t-il.  Eric Greff prend alors l’avatar d’Helmut Fritz et conçoit une maquette amateure du titre légendaire « Ça m’énerve ». « À l’époque, on l’avait posté sur Myspace. Avec des potes, on l’a envoyé à David Guetta, Bob Sinclar et Laurent Konrad et c’est lui qui m’a répondu ».

Sa « folie » est donc récompensée puisqu’il obtient un NRJ Music Awards pour la chanson la plus téléchargée en 2010 et est nominé aux Victoires de la musique pour la chanson originale de l’année. L’artiste revient avec beaucoup de nostalgie sur cette époque « Je pense que c’est une aventure incroyable. En l’espace d’une année d’exposition médiatique forte […] j’ai fait des choses qui m’ont épuisé et qu’un artiste normal fait en dix ans de carrière ».

« les avatars que j’invente ont beaucoup plus de substance et de force »

Après son succès fulgurant, il a « commencé à -se- faire oublier » et en a profité pour se concentrer sur les métiers de la musique qui l’intéressaient. « J’ai fait de la direction artistique pour Sonny, de la direction exécutive, j’ai écrit pour plein d’autres artistes ». Eric Greff a également sorti un nouveau titre en 2015, « Possédés », cette fois-ci sous le nom de Geronimo. « J’avais besoin de fermer le chapitre Helmut. A ce moment-là je pensais que c'était définitif. […] J’avais envie de retrouver la scène dans un autre personnage ». Des personnages dont il explique avoir besoin : « Eric n’a pas grand-chose à dire, par contre, les avatars que j’invente ont beaucoup plus de substance et de force. Je me sers de noms de scène et de personnages bricolés comme je peux. C’est un peu comme des costumes de superhéros ».

Regardez l'interview en vidéo

 Photo : Capture Youtube / Clip d'Helmut Fritz

Derniers articles