• Slide FESJ 2015

Oldelaf : « J’ai travaillé comme un porc pendant des années pour y arriver »

oldelaf_-_storytelling.png

INTERVIEW/VIDEO - Oldelaf était l’invité de Storytelling mercredi 2 mai. De son vrai nom, Olivier Delafosse, l’auteur-compositeur-interprète et chanteur humoristique est revenu sur les différentes étapes de sa carrière. Il est notamment connu pour La tristitude ou encore La belle histoire. Après plusieurs années en tant que chroniqueur radio sur Europe 1, puis RTL, il revient avec un tout nouvel album intitulé Goliath.

 

La musique, c’est toute sa vie. « J’ai travaillé comme un porc pendant des années pour y arriver » annonce dès le début Oldelaf. Le ton est posé. Alors qu’il a dû travailler dur pour apprendre la musique, « l’humour est venu tout seul, assez facilement » déclare Olivier Delafosse. C’est ainsi qu’il a pu allier les deux. Mais une chose est sûre, Oldelaf ne peut pas se définir et choisir une catégorie entre chanteur et/ou humoriste. Tout ce qu’il importe est qu’il a « de la chance de faire le métier dont [il rêvait] plus jeune ». En 2000, il crée avec le comédien Frédéric Draps le groupe Oldelaf et Monsieur D. Le groupe s’est séparé en janvier 2010. « Si je devais refaire une musique avec Monsieur D. je serais super heureux » affirme Oldelaf. Il ajoute ensuite que ce groupe restera un très bon souvenir. Dans ses chansons, il ne participe pas à la personnification du mythe du superhéros. « Dans mes chansons, j’aime imaginer les garçons un peu gauches, un peu maladroits » s’amuse à dire Oldelaf. Puis le chanteur explique : « Je pense que c’est plus touchant et plus réel de représenter les garçons comme ça. Je n’ai jamais cru au mythe du superhéro, il faut arrêter avec ça ». Son titre Courseulles-sur-Mer en est un bon exemple.

La Tristitude, le morceau qui lui reste collé à la peau

La crainte de tout artiste est de se retrouver cloisonné dans son propre succès. Oldelaf ne subit pas cette crainte. Il la vit. En 2011, dans son album Le monde est beau, le chanteur propose un titre nommé La tristitude. Au-delà d’être un tube, cette chanson sera un phénomène médiatique.  Alors que les apparitions médiatiques d’Oldelaf se font rare, La tristitude lui ouvre les portes des plus grands médias comme Taratata, Vivement Dimanche, RTL, Europe 1… et bien d’autres ! « C’est d’ailleurs suite à mon passage pour une promo dans l’émission de Michel Drucker sur Europe 1 que la station m’a proposé le poste de chroniqueur et de revenir chaque semaine » se remémore Oldelaf. Il faut savoir que cette chanson doit avoir aujourd’hui une quarantaine de versions. Et la raison est simple : à chaque apparition médiatique, la production lui demandait de réécrire les paroles en fonction de l’actualité. « C’est assez pénible et compliqué à réécrire en fait » concède le chanteur humoristique.  En juillet 2016, RTL le recrute pour une chronique hebdomadaire en chanson dans l’émission « A la bonne heure », présentée par Stéphane Bern. Il passe pendant quelques années de chanteur à chroniqueur. « Sur RTL, j’étais très libre. Personne ne relisait mes chansons avant diffusion ».

Quoi qu’il en soit, le chanteur reprend du service, et pas qu’un peu. Après une campagne de crowdfunding pour l’aider dans le financement, Oldelaf revient avec un tout nouvel album intitulé Goliath.

Regardez l'émission en vidéo

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos