Metallica signe un retour en force

metallica-cover-2016.png

CRITIQUE - 8 ans après l’excellent Death magnetic, Metallica revient avec Hardwired... To self destruct. Un album sorti le 18 novembre qui s’annonce comme un incontournable de cette année.

On ne va pas se mentir, Metallica est un groupe qui impose le respect. Rentré dans la légende depuis Ride the lightning en 1984, Metallica enchaîne les succès et remplit les plus grandes salles de spectacle sans aucune difficulté. Une réussite comparable à de grands groupes tels qu'Iron Maiden, AC/DC ou encore Motörhead.

Démarrage en trombe

Le titre Hardwired inaugure l’album. Véritable défouloir qui donne envie de tout casser, le groupe montre qu’il est encore là et pour longtemps, malgré son vieillissement. Un Lars déchainé accompagné d’une guitare magnifiquement maitrisée par un Kirk au sommet de son art. Une voix dense, certes moins caverneuse qu’autrefois, mais toujours aussi trépidante. Arrive Atlas, Rise !. Un des morceaux qui marquera le plus les esprits. Un titre qui sonne vraiment comme Death magnetic (l’album précédent paru en 2008) avec des influences d’Iron Maiden. Certains morceaux s’inscrivent dans la lignée de chansons qui entreront dans le Hall of fame de cette somptueuse carrière, avec des solos comme on les aime tels que Moth into flame, Halo on fire et Spit out the bone. D’autres nous laisseront sur notre faim comme Now that were dead et Dream no more. A noter qu’une des chansons (Murder one) base ses paroles sur des titres de Motörhead. Lemmy Kilmister était, pour le groupe, une véritable source d’inspiration autant sur la musique que sur la manière de jouer. A sa mort, en décembre 2015, James Hetfield a montré sa motivation d’écrire un texte lui rendant hommage. Mission accomplie.

Master of... METAL !

Un album que les puristes apprécieront comme les précédents. Un vrai chef-d'œuvre, qui transfère autant d'énergie que les premiers opus et qui va être une sacrée source d'inspiration pour le futur du métal. Même à cinquante balais, l’envie et le talent sont toujours présents. On attend avec impatience la prestation live de ces titres. Metallica est le groupe de métal le plus spectaculaire à voir en concert. C’est une authentique marque de fabrique qui permet de distinguer leur prestance si singulière. Pour l’anecdote, en 2014, Metallica est rentré dans le livre des records pour avoir joué un concert sur chaque continent en l’espace d’un an. Ce qui donnera lieu a un show mémorable en Antarctique appelé Antarctica freeze em all. Tous ces exploits justifient le fait que Metallica soit le plus gros groupe au monde, économiquement parlant, avec plus de 200 millions d’albums vendus à travers le monde. Des artistes qui auront marqué au fer rouge le maniement des guitares lourdes et des percussions foudroyantes. 

Hardwired... to self destructsortie le 18 novembre 2016

Tracklist :

Disque un :
1.
Hardwired
2.
Atlas, Rise!
3.
Now That We’re Dead
4.
Moth Into Flame
5.
Am I Savage?
6.
Halo On Fire

Disque deux :
1.
Confusion
3.
ManUNkind
4.
Here Comes Revenge
5.
Murder One
6.
Spit Out The Bone 

Disque trois (disponible qu’en version deluxe) :
Lords of Summer (2016)
Ronnie Rising Medley
When a Blind Man Cries
Remember Tomorrow
Helpless (Live at Rasputin Music)
Hit the Lights (Live at Rasputin Music)
The Four Horsemen (Live at Rasputin Music)
Ride the Lightning (Live at Rasputin Music)
Fade to Black (Live at Rasputin Music)
Jump in the Fire (Live at Rasputin Music)
For Whom the Bell Tolls (Live at Rasputin Music)
Creeping Death (Live at Rasputin Music)
Metal Militia (Live at Rasputin Music)
Hardwired (Live in Minneapolis)

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos