Visite de la plus grande cave éphémère de France

vign indGASTRONOMIE - Le terme « vigneron » recouvre des réalités très diverses. Les vignerons indépendants sont les seuls qui suivent le processus de production dans son intégralité. Ils travaillent à la vigne comme à la vente, réalisent la vinification et la mise en bouteilles. Le Salon parisien des vins et vignerons indépendants se tient Porte de Versailles depuis jeudi jusqu'au lundi 26 novembre. Il permet aux visiteurs de rencontrer près de 1.000 producteurs.

Mathieu, 33 ans est consultant en management. Il visite le salon pour la première fois et apprécie la rencontre avec des viticulteurs qui peuvent lui exposer leurs méthodes de vinification. Malgré le monde et le bruit, cette visite est pour lui « un moment agréable ». Car ces producteurs sont d'abord des passionnés.

DSCF9043Cédric Carcenac travaille sur le domaine homonyme. Ces quelques hectares au cœur de l'appellation Gaillac appartiennent à sa famille depuis sept générations. Ils n'ont jamais été tenté par le travail en coopérative. 

Selon Cédric « le travail de vigneron indépendant intègre de A à Z tout ce qui peut se faire. On part du terroir, de la terre et c'est un vrai travail de synergie avec la nature. Puis dans la cave c'est un travail presque alchimique: nous sommes « les cuisiniers du vin ». Puis il y a la vente, car la finalité est de faire partager ». Le jeune producteur met en avant l'attrait de la vente direct qui permet de développer un lien avec le client. Il n'est pas le seul à accentuer cette dimension: 18% des volumes produits par les indépendants sont vendus en direct.

« Les AOC sont des oreillers de paresse »

La coopérative attire d'autant moins que les viticulteurs y perdent leur latitude de création. Les avis sont plus ou moins tranchés. Le jeune Carcenac avance que « les coopératives ont leur place. Les deux systèmes doivent exister et travailler ensemble. C'est la synergie entre les deux qui permet de fournir les marchés ».

 Baptiste et Bertrand ont un autre avis. Eux considèrent que « les coopératives n'ont pas d'intérêt. A terme, elles sont amenés à disparaître ». Les deux jeunes hommes travaillent sur le domaine Les Amoureuses depuis un an et demi et ont rapidement choisi de renoncer à l'AOC Côtes du Rhône. Un conseil d'un œnologue qui considérait que « les AOC sont des oreillers de paresse ». « Nous ne cherchons pas la sécurité, nous voulons être différents » ajoute Baptiste.

DSCF9042

Baptiste et Bertrand du domaine Les Amoureuses (vin de Méditerranée)

Comme tous les vignerons interrogé il tient à son vin comme un artiste à une de ses œuvres. Une œuvre qui demande plusieurs années de travail et reste tributaire du climat.