Profession: Painrisien

painrisien iconePortrait - Il n'est pas boulanger mais ouvertement passionné par ce métier. Rémi Héluin, jeune homme de 22 ans, est le painrisien. Un parisien fou de pain qui sait parler de ce produit et de ceux qui le fabriquent. Depuis deux ans il découvre et cherche à faire découvrir ce monde.

Le 10 février 2011 Rémi Héluin ouvre ouvre le site « painrisien.com ». Aujourd'hui ce site regroupe plus de 500 articles, critiques et réflexions autour du pain francilien. Un  site qui est consulté régulièrement par nombres de boulangers. Le 27 septembre Rémi Héluin fut un des quatre jurés du second concours du meilleur Pain Bio d’Ile-de-France dans les locaux de la Chambre Professionnelle des Artisans Boulangers-Pâtissiers.

Avant de se lancer dans cette aventure il était novice en boulangerie. Cette passion lui est venue simplement « en goûtant du bon pain ». Depuis il arpente les boutiques de la capitale et teste les productions des plus renommées comme des plus inconnus. Parfois il focalise son regard sur un produit, un événement ou une réflexion sur le monde boulanger. Pour lui le pain est une « superbe source de plaisir » qui doit être partagée.

Valoriser l'humain

Un painrisien n'est pas qu'un mordu de pain. C'est aussi « une personne sensible aux bons produits et à un certain état d'esprit». Une personne « ouverte aux côtés humains ». Photo rémi

 Si Rémi Héluin aime le pain, il aime encore plus les boulangers. Un métier qu'il dit « dur » et « harassant », avec des boulangers qui « ont l'impression de se crever à la tâche tous les jours pour rien ». Des hommes las de donner le meilleur d'eux-même sans être reconnus. Il veut les défendre, se battre pour leur reconnaissance et leur (re-)donner envie de proposer un bon produit.

Il ne hausse jamais le ton, malgré ses enthousiasmes et ses indignations face aux pratiques qu'il a observé. Pourtant il a été déçu par certains boulangers et l'immobilisme de la profession: « il faut ouvrir un peu les fenêtres. Moi c'est ça que je fais, j'ouvre les fenêtres … C'est fatigant ». Si fatigant qu'il a failli laisser tomber. Puis il est revenu. Parce qu'il n'a pas pu les abandonner, eux, les boulangers. Il a voulu rester dans ce monde pour défendre « ceux qui galèrent tous les jours ». Parmi ceux-là il y a Swan, aux commandes de la boulangerie Tembely dans le quartier de la Goutte-d'or :

« Il a du courage. Et personne ne va parler de lui, personne ne va le voir. Pourtant il fait un boulot formidable et il donne des produits géniaux à ceux qui sont dans le besoin. Ils se lèvent à pas d'heure, ils vont prendre un petit-dèjeuner et ils sont contents d'avoir un bon croissant, d'avoir une bonne baguette. Ça c'est formidable ».

Le regard des professionnels

Comme d'autres, le boulanger Rodolphe Landemaine a découvert le painrisien car le jeune homme avait rédigé un article à son sujet. Depuis, ils se sont rencontrés, ont échangé et sont devenus de proches amis. Il a été séduit par une écriture « juste » qui « relate assez bien et assez souvent la réalité d'une maison ». Séduit aussi par un projet qui peut faire avancer les consommateurs comme les boulangers.

Dominique Saibron est boulanger depuis 1987 et connait un beau succès à Paris comme au Japon. Il consulte quotidiennement le site painrisien.com. Celui-ci lui permet de se remettre en question et de voir ce qui se passe chez ses confrères. Pour lui le travail est de Rémi Héluin est « magnifique pour le métier ».

Ce même Dominique Saibron lui a conseillé de participer au congrès Univers Boulangerie 2012 qui se tenait les 14 et 15 octobre près de Poitiers. Lorsqu'il en a fait la demande, la Confédération Nationale de la Boulangerie-Pâtisserie Française n'a pas hésité à l'inviter.

Chantier(s) en construction

Dans le futur Rémi Héluin espère vivre de sa passion. Il se refuse pourtant à utiliser son site pour faire de la promotion. Parce qu'il considère que « ça doit rester quelque chose d'indépendant, d'intègre. Il faut donner aux gens une information qui soit la plus claire, la plus cohérente et la plus pertinente possible. Donc ça exclut tout rapport à l'argent ».

Il pense que son palais affuté pourrait servir à « apporter un conseil; une vision ». Il envisage aussi un guide des boulangeries parisiennes. Un guide qui serait différent de ce qui existe déjà: « toujours dans cette optique d'intégrer l'humain ».

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos