• Slide FESJ 2015

« Il était une fois Sergio Leone »

exposition_sergio_leone_-_adrien_baget.jpg

EXPOSITION - Lors de l'ouverture de l'exposition Il était une fois Sergio Leone, à la Cinémathèque Française jusqu’à fin janvier 2019, il y avait la foule des grands jours venue voir ou revoir les oeuvres du maître italien à l'honneur.

 

Alors que ressort en salle son ultime western Il était une fois dans l'Ouest, cette exposition répartie au cinquième étage sur plusieurs salles est dédiée au parcours de la vie et à l'univers du maître italien à travers plusieurs thèmes comme les sources de l’imaginaire ou le laboratoire Leone. Voyager de manière chronologique des origines romaines avec ses débuts comme assistant-réalisateur à l’aboutissement de son ultime chef-d’oeuvre Il était une fois en Amérique sortie en 1983 en passant par sa Trilogie du dollars qui casse les codes du genre et impose déjà son style inimitable. Rentrer dans l’univers du maître, c'est prendre son temps et franchir les salles d'un pas lent comme pour mieux ressembler aux personnages et à leurs attitudes. C’est aussi rentrer dans un mythe du cinéma, celui du western, des grands espaces mais aussi des oppositions de caractères. Son obsession : faire du genre un mythe et l’élever au rang de fantasme.

Avec seulement 7 films en plus de 30 ans de carrière, Sergio Leone est un réalisateur qui prend son temps, un orfèvre du 7 arts ou chaque détail, chaque prise de vue à son importance. Il n’hésite pas à reconstituer des villes entières, délaissant les studios pour les grands espaces, pour rechercher non pas l’authenticité du genre mais l’emmener du côté du rêve et du mythe. Les visiteurs ne peuvent qu'être comblés d'entrer dans cette univers si riche, à travers un parcours de plus d'une heure, où l'on découvre les origines modestes du jeune Sergio, l'influence du cinéma italien sur son éducation cinématographique et son futur de cinéaste, le travail de son père, cinéaste notoire du muet, rebaptisé Robert Roberti et ses origines italiennes. Surtout il pourront découvrir des objets personnels du réalisateur, de multiples dessins, scripts, photos et même les armes à feu et costumes des films comme le poncho de Clint Eastwood reconnaissable entre tous. Le temps d'un dernier regard vers la sortie et l'on découvre son ultime projet sur le siège de Leningrad qui ne verra jamais le jour, mais qui nous donne encore davantage envie de redécouvrir l'univers et les films de ce cinéaste décidément à part.

"Il était une fois Sergio Leone", Cinémathèque Française, jusqu'au 27 janvier.

Photo : Adrien Baget

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos