Êtes-vous Punk ?

EXPOSITION - Épingles et clous dans les oreilles, crêtes, cheveux verts, rouges ou bleus, les Punks ont un seul mot d'ordre : toujours plus loin dans la provoc' !

Punk, ça veut dire pommé, raté, minable, voyou. Aujourd'hui on voit les punks comme des marginaux rebelles et violents. En fait, ce sont des révolutionnaires. Le mouvement se perpétue et les punks existent toujours. Comment être punk en quatre points.

sex pistolsInvesti en politique

Pour bien comprendre l’excentricité de ce mouvement, il faut resituer le contexte politique de l’époque. Les punks apparaissent entre 1974 et 1976. C'est l'époque de Margaret Thatcher, la « dame de fer » en Angleterre, et de la division entre l'Allemagne de l'Est et de l'Ouest. Pendant ce temps là, Franco établit sa dictature en Espagne et l'Irlande est, elle, encore sous le choc de la tuerie du Bloody Sunday. Les jeunes se révoltent contre ces dérives, ces extrémités politiques. Leur volonté : stopper le capitalisme. Des groupes vont s’investir politiquement, en organisant des manifestations par exemple. Du coup ils sont plus sages que les Sex Pistols. Bien sûr le mouvement se répand aux États-Unis, mais il n'y a pas de dimensions politiques.

Un esprit de contradiction et un look déjanté

Leur look déjanté n'est en fait qu'un déguisement. Un peu comme celui d'un clown désespéré, leur état intérieur se lit sur leurs costumes. Mais ce n'est pas une volonté de provocation gratuite, sans intérêt. Plutôt une provocation face à une provocation, face à une réaction conflictuelle. C'est un mouvement anti-système, une manière d'être contre. Être punk, c'est aussi être en contradiction avec le punk. Car si tout le monde se fait une crête ça ne va pas, ça n'est plus punk. 

Vous dansez le « Pogo »

C'est LA danse Punk où on saute dans tous les sens en se fonçant dessus. La chanson phare du Pogo : « White-riot » des Clash.Marre des musiques qui manquent d'énergie ? Le Punk, c'est une attitude face à un système, avant d'être un style musical. N’empêche que les musiques déchirent ! Les tympans et les vêtements aussi. Aujourd’hui ça ne choque pas, on aime ou on n’aime pas, mais à l’époque c’était un nouveau son. Le plus hard du rock’n’roll, c’était les Rolling Stones, une berceuse enfantine comparé aux Clash et aux Métal Urbain, un groupe français à voir ici.

Envie de changer le monde

Les hippies étaient contre la guerre du Vietnam, les punks disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Être punk, c'est être contre. Il revendique le fait de changer le monde, mais de manière paradoxale : cracher sur le nazisme en arborant la croix gammée, portée en évidence à côté du symbole marxiste, ou de signes religieux Leur but est de détruire tous ces symboles, mais avant tout de remettre en cause toutes les idéologies et toutes les croyances. Au début le mouvement punk est considéré comme marginal. Aujourd'hui il a une place au musée, car il a créé des œuvres d'arts notamment la pochette d'album des Sex Pistols, censurée à sa sortie. Le plus mythique du Punk :Les Sex Pistols avec leur pochette d'album « God save the Queen », avec un portrait de la reine d'Angleterre Élisabeth II, à sa sortie en 1974, l'affiche et censurée. La chanson choque, par ses paroles, mais aussi par la musique, puissante. Bien plus forts et plus déjantés que les « must » du rock'n'roll du moment : les Rolling Stones. Trois ans plus tard, le groupe est invité à donner un concert, sur la Tamise à Londres, pour le jubilé d'argent de la Reine. A voir par ici. Drôle non ? Alors, Punk ou pas Punk ?

L'expo Europunk peut vous aider à répondre. Ses portes sont ouvertes à la cité de la musique à Paris, jusqu'au 19 janvier.

http://www.citedelamusique.fr/

221 Avenue Jean-Jaurès 75019 Paris

Métro-Tramway:Porte de Pantin

Du mardi au jeudi de 12h à 18h - Nocturnes vendredi et samedi jusqu'à 22h - Le dimanche de 10h à 18h

Marion Laouamen

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos