Intouchables : jugé "raciste" aux Etats-Unis

(Reading time: 2 - 3 minutes)
imagesLe site internet du magazine Variety publie un article assassin sur le film d'Olivier Nakache et d'Eric Toledano. Le journaliste Jay Weissberg y voit un long-métrage "raciste", "caricatural", et "surfant sur les clichés".  Accueilli très négativement par la critique en France, il a cependant touché et ému 12 millions de spectateurs français en seuleument 5 semaines. 
29 septembre 2011. Intouchables est diffusé en clôture du Festival de San Sebastian. Jay Weissberg y assiste en tant que critique Cinéma pour le magazine américain Variety.  Et sa réaction est tranchée :  Intouchable est un film "raciste" et "caricatural". 
 
"Bien qu'ils ne soient pas connus pour leur subtilité, les co-réalisateurs et co-scénaristes Eric Tolédano et Olivier Nakache n'ont jamais produit un film aussi choquant qu’Intouchables, qui met en avant un racisme digne de l'Oncle Tom qui, on l'espère, a définitivement disparu des écrans américains. La Weinstein Company, qui a acquis les droits du film pour un remake américain, va devoir procéder à une réécriture en profondeur pour rendre cette comédie potable."

images-1Il prend pour exemple le personnage de Driss interprété par Omar Sy. Un jeune de banlieue au chomage qui se retrouve malgré lui auxiliaire à domicile d'un aristocrate devenu tétraplégique.
" Sans jeter la performance d'Omar Sy aux oubliettes, Driss n'est traité que comme le singe d'un spectacle de cirque, avec tout ce que cela comporte comme connotations racistes, expliquant au blanc coincé comment s'amuser en remplaçant Vivaldi par "Boogie Wonderland" et lui montrant comment bouger sur le dancefloor". (…) Ce rôle n’est pas bien loin du cliché de l'esclave d'antan, qui amuse son maître tout en représentant tous les stéréotypes de classe et de race"

Jay Weissberg évoque un film bourré de clichés. Driss habite dans un HLM de banlieue. Philippe, aristo parisien, amateur d'art et de musique classique. Surtout quand les réalisateurs font un parallèle entre le personnage de Driss et Barack Obama : "Le pire, c’est quand Driss enfile un costume et que Magalie (la secrétaire du riche paraplégique) lui dit qu’il ressemble au président Obama, comme si le seul black en costard ne pouvait être que le président. Et dire que les scénaristes ont voulu être drôles et tendres. (Au fait, Sy et Obama ne se ressemblent pas du tout)."

La Weinstein Company a acquis les droits de ce film.« La société Weinstein, qui a acheté les droits d'adaptation du film, devra entreprendre une réécriture massive pour rendre acceptable cette comédie repoussante», déclare pour finir le critique.
 
En France, Intouchables entre dans le top 20 des plus gros succès français au cinéma. Comédie agréable et drôle pour certains, "politiquement correcte" voire "raciste" pour d'autres, Intouchable résistera-t-il à cette tempête médiatique? Affaire à suivre... 

Derniers articles