Durban, le jour d'après ?

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Multithumb found errors on this page:

There was a problem loading image http://alex64.free.fr/journal/media/Desktop-9.jpg
There was a problem loading image http://alex64.free.fr/journal/media/Desktop-9.jpg
There was a problem loading image http://img3.hebus.com/hebus_2010/07/10/100710154620_27.jpg
There was a problem loading image http://img3.hebus.com/hebus_2010/07/10/100710154620_27.jpg

alt

Il y a une vérité qui dérange. Celle qui affirme que les accords pour contrer le réchauffement climatique font du surplace. Durban en est une nouvelle illustration. Pourtant, de nombreux documentaires et films viennent régulièrement sur nos écrans afin d'éveiller nos consciences. Ce cinéma ou plutôt "EcoCinéma" est-il effficace pour faire bouger les lignes ? Retour sur l'apparition de ces productions depuis les années 50.

Durban, c'est fini. Et dire que c'était la ville où devait aboutir un pacte solide post-Kyoto. Dimanche à l'aube, une feuille de route vers un accord en 2015 a été adoptée. En d'autres termes, comme il avait été prévu, peu d'avancées réelles. Après des négociations de 15 jours, l'Europe accepte de prolonger le protocole de Kyoto jusqu'à 2020. Bien sûr la Chine et les Etats-Unis se détachent encore des réglementations entourant le protocole. Les scientifiques ont pourtant déclaré récemment que le réchauffement climatique allait sûrement dépassé le seuil fatidique de 2°C d'ici la fin du siècle, seuil au de-là duquel les conséquences sur notre environnement deviendront critiques. Si la question du climat est majeure, celle de l'utilisation et de la préservation de nos ressources le sont aussi.

Aucun chef d'Etat n'était présent à Durban, preuve d'un certain désintéressement pour la sauvegarde de notre environnement. Ce n'est pas faute au cinéma, fictions ou documentaires d'essayer de faire évoluer les mentalités depuis la moitié du 20ème siècle.

- En 1958, La Forêt interdite est l'un des premiers films abordant la question des espèces menacées par l'action de l'homme.

- En 1973, un film de science-fiction de Richard Fleischer, Soleil vert, présente une planète Terre complètement vidée de ses ressources à cause (encore une fois) de l'espèce humaine. Les premiers films de ce genre n'ont pas un grand succès auprès du public. La période des "Trente Glorieuses" en est en partie responsable. Elle fait sombrer la population dans la consommation de masse et l'insouciance concernant les ressources naturelles.

- Dans les années 80-90 de nombreux documentaires voient le jour, mettant la lumière sur des problèmes écologiques locaux. C'est une période où le groupe international GreenPeace multiplie les actions fortes en faveur du climat.

- En 1996 sort un film français qui restera dans les mémoires, en plus d'avoir mis en avant des futures vedettes du cinéma actuel (Marion Cotillard, Vincent Lindon). C'est la Belle Verte, réalisée par Coline Serreau qui aborde notamment le thème de l'écologie.

- A partir des années 2000, voit fleurir une pléthore de documentaires sur le sujet. L'enjeu du climat devient de plus en plus important et les peuples se sentent désormais concernés. Le cauchemar de Darwin, Une vérité qui dérange, Home, Le syndrome du Titanic, la 11ème le dernier virage... Concrètement, la plupart de ces documentaires sont souvent alarmistes, pessimistes, voire catastrophistes. Il est pourtant essentiel qu'ils le soient. L'éxagération permet un choc qui peut aboutir à une prise de conscience, puis à une mobilisation.

alt

- En 2004, le Jour d'après sort en salle. L'histoire est centrée sur le réchauffement climatique et ses conséquences. Si le scénario reste faible, la montée des eaux, les températures drastiques, les cyclones sont présentés à l'écran pour interpeller d'avantage le public.

Si le cinéma et les documentaires ne sauveront pas la planète, ils peuvent contribuer à des prises de conscience global et entrer dans les inconscients collectifs. Malheureusement à l'heure de la crise économique, le monde semble être retombé en bas de la pyramide de Maslow, se préoccupant plus de sa situation financière que de problèmes plus cruciaux tels que la sauvegarde de l'environnement. Affaire à suivre au prochain sommet à Doha dans le royaume du Qatar, pays détenant le record d'émission de CO2...

 

Derniers articles