[Semaine du 14 décembre] : Les films à voir

(Reading time: 2 - 3 minutes)

des-vents-contraires-benoit-magimelCette semaine une famille brisée par une disparition, un homicide involontaire glacial, et une histoire de vibromasseur...

Des vents contraires : Drame français réalisé par Jalil Lespert, surtout connu pour ses rôles au cinéma et qui signe là son deuxième long métrage. A l'écran, Paul (Benoît Magimel) est un père détruit par la disparition de sa femme. Avec ses deux enfants, il décide de construire une nouvelle vie dans sa ville natale : Saint-Malo. S'il pensait pouvoir oublier sa femme, dont il n'a pas de nouvelles depuis  un an, diverses rencontres vont le ramener à la dure réalité.

Raisons d'aller voir : Un drame centré sur la culpabilité, l'incompréhension quand un être aimé disparaît sans raisons. Benoît Magimel dans le rôle du père effondré est très convainquant. On remarque la présence dans un rôle sérieux de Ramzy Bedia à l'instar d'Omar Sy dans Intouchables. Le décor de Saint-Malo donne envie et le thème de repartir à zéro séduit.

{youtube}VO4SrWfFVTw{/youtube}

On the ice : Film indépendant récompensé du prix du meilleur premier film au festival de Berlin. L'histoire raconte la vie d'une communauté Iñupiaq vivant dans une petite ville au nord de l'Alaska. Rien ne semble pouvoir déranger la tranquilité et la banalité de leurs vies sauf le jour où deux adolescents tuent accidentellement un de leur ami pendant qu'ils chassaient le phoque sur la banquise. Ils vont cacher ce secret alors que les familles commencent à se mobiliser pour retrouver le jeune homme disparu.

Raisons d'aller voir : Original et basé sur un scénario solide, l'histoire d'On the ice se situe dans l'univers polaire de l'Alaska créant une ambiance particulière. Les acteurs inconnus, et le contexte spatial soufflent un vent de fraîcheur et de nouveauté dans le cinéma. Ce film indépendant propose une approche différente du mensonge, de la complicité et donne une image des adolescents, finalement universelle.

{youtube}WqAXPqQTZdU{/youtube}

Oh My God : Après Shame et son thème de l'addiction sexuelle, aujourd'hui c'est un film complètement innatendu qui crée le buzz avec sa bande annonce délirante sur l'invention du sextoy. Dans l'Angleterre du 19ème siècle, un docteur traite l'hystérie des femmes en leur donnant du plaisir avec ses mains. Le jour où il attrape une crampe à la main, il délègue son travail à un jeune et séduisant médecin : Mortimer Granville. Avec l'aide de son ami féru de technologies (période de révolution industrielle oblige), ils vont fabriquer l'ancêtre du vibromasseur.

Raisons d'aller voir : En allant voir Oh My God vous n'aurez pas beaucoup à réfléchir mais le thème surprend et attise la curiosité. Le titre annonce la couleur d'une comédie pas comme les autres. La présence de Maggie Gyllenhaal est un plaisir car cette actrice charmante est atypique aussi bien physiquement que par son caractère.

{youtube}HeaX07fDnwU{/youtube}

Bonus : Pour faire du bien à sa culture cinématographique, l'un des premiers films et succès au cinéma est visible dans les salles obscures. J'ai nommé : Voyage dans la Lune (1902), de Georges Méliès (MK2 Beaubourg, MK2 Hautefeuille, Le Champo, Le Balzac).

A la semaine prochaine !

Derniers articles