Cette semaine au cinéma: le chef Favreau exorcise ses démons

(Reading time: 2 - 3 minutes)

Affiche Chef CRITIQUE CINECRITIQUE - Chaque vendredi, Valentin Pimare décrypte pour Fréquence ESJ l'une des sorties de la semaine. Aujourd'hui, il attribue la note de 2 sur 5 à #Chef de Jon Favreau, en salle depuis le 29 octobre.

Carl Casper (Jon Favreau) est un chef de cuisine renommé à Los Angeles. Cela fait des années qu’il travaille dans un restaurant huppé, qu'il met de côté sa créativité pour faire plaisir à son patron, quitte à s’attirer la foudre d’un critique culinaire. Et sur un énième coup de gueule, il démissionne et se lance dans un food truck pour retrouver la passion de ses débuts. 

#Chef a bien failli ne jamais trouver son chemin jusqu’aux salles françaises. Sorti au mois de mai aux Etats-Unis, où il a fait le tour de plusieurs festivals, #Chef est un « feel good movie » sans prétention. Jon Favreau s’entoure d’un casting quatre étoiles. On y croise autour de l’acteur/réalisateur John Leguizamo, Sofia Vergara, Scarlett Johansson, Dustin Hoffman ou encore Robert Downey Jr. La mise en scène de Favreau est pétillante et pleine de couleurs, à l’image de tous les plats qui défilent sous le nez du spectateur.

Avec #Chef, Favreau livre plus qu’un simple film de bouffe. C’est en réalité un récit très autobiographique. La cuisine remplace le cinéma. Favreau est effectivement d'abord passé à la réalisation avec des films indépendants à petit budget. Avant d'être ensuite choisi pour diriger Iron Man. L’homme tombe sous les feux de la rampe et succombe à l’appel des blockbusters. Le hic, Iron Man 2 et Cowboys & Envahisseurs, ses deux films suivants, se font démolir par la critique… Et lui avec. #Chef est ainsi sa façon de répondre à ses déboires, en revenant à un cinéma plus modeste, où le réalisateur peut s’exprimer librement, sans le contrôle omniprésent d’un producteur qui vient charcuter son travail.

Partant de ce postulat, #Chef aurait pu être un très bon film. Il en restera pourtant une agréable comédie douce et amère. Il est dommage que le scénario soit encombré d’une histoire père/fils trop convenue. Et même s’il est au cœur du film, #Chef offre une (trop) grande campagne de pub au réseau social Twitter. On espère néanmoins qu’avec ce film, Jon Favreau a exorcisé ses démons. On lui souhaite pour savoir ce qu’il va concocter pour la suite de sa carrière. 

Découvrez ici la bande annonce de #Chef

Derniers articles