Jérôme Commandeur : "l’important au cinéma, c’est que les gens reconnaissent votre travail"

Jérôme Commandeur sur Fréquence ESJ

INTERVIEW/VIDEO - Après le succès de son one-man show et de ses passages dans les médias, l’humoriste et comédien Jérôme Commandeur était l’invité de Storytelling sur Fréquence ESJ.

Devenir un commandant de bord. C’était le rêve d’enfant de Jérôme Commandeur. Pourrait-il tout quitter pour le réaliser ? « Non, c’est fini pour moi et c’est tant mieux » Car, au-delà du nombre élevé d’années d’études nécessaires pour réussir à l’accomplir, ce rêve a été supplanté par la réalité. « C’est important de se lever le matin avec la banane, en aimant ce que l’on fait et c’est ce que je ressens. » Le ton est donné, Jérôme Commandeur adore sa profession qui est en fait sa véritable passion. Pourtant, elle est loin d’être facile à assumer au quotidien… Le temps dédié à la vie privée est réduit, elle devient difficile, tout en restant vivable : « il m’arrive de me lever en pleine nuit pour écrire ou d’aller à un rendez-vous et de partir ailleurs parce qu’on m’a proposé autre chose. » Comment relâcher la pression ? Pour se détendre, Jérôme Commandeur a sa propre méthode : aller sur des sites de voyage et réserver des vols et des séjours qu’il ne fera jamais. Un hobby qui ne coûte rien mais qui lui permet de s’évader régulièrement. Si régulièrement que « c’est presque un TOC chez [lui] ! »

Un parcours inattendu

Jérôme Commandeur avait laissé tomber ses études pour se lancer en tant qu’humoriste. Ce n’était pas un choix spontané, mais un coup de tête ! Il a participé à l’émission Graine de stars puis à Rince ta baignoire et « la télé prenant de plus en plus de temps, j’ai décidé de me prendre au jeu. » Puis, repéré et produit par Dany Boon, il peut faire son premier one-man show… avant d’entamer une carrière dans le cinéma. Jérôme Commandeur ne s’était pourtant jamais imaginé entrer dans ce milieu-là. Le cinéma lui semblait trop inaccessible, les humoristes n’ayant pas de rôle dans ce domaine. C’est d’ailleurs pour cela qu’il garde une certaine tendresse pour Bienvenue chez les Ch’tis, la première comédie dans laquelle il apparait. Même s’il n’est à l’écran que quelques minutes, son rôle l’a marqué. Car c’est ainsi que Jérôme Commandeur a posé le pied dans un domaine qui le fascine, encore maintenant, même lorsqu’il réalise son propre film. « Je suis émerveillé comme un gamin dans un magasin de jouets. » À l’origine de cette admiration, l’essence même du cinéma : l’art du détail.

Un art dont il a dû assimiler les caractéristiques en réalisant son film Ma famille t’adore déjà. Passer de l’autre côté de la caméra était une nouvelle étape dans sa carrière mais « c’est pas ça l’important. L’important au cinéma, comme dans n’importe quel média, c’est que les gens reconnaissent votre travail. » Se forger une patte connue et reconnue. Jérôme Commandeur serait-il donc moins timide que ne le laissent penser ses rôles ? Loin de là. Il confesse être timide à l’extrême mais il « fait partie de ces mecs qui se mettent dans la lumière pour guérir un peu. » Mais ce n’est pas pour autant qu’il souhaite rester enfermé dans ce registre : comme tout acteur, il cherche à être caméléon, à passer d’un univers à un autre… Tout en restant dans la comédie. À vrai dire, il ne compte pas quitter les comédies avant d’avoir atteint le niveau d’un acteur comme Christian Clavier. Jérôme Commandeur reste attaché aux comédies pour une autre raison : il y a de nouvelles familles. Acteurs, réalisateurs… C’est souvent par affinité qu’il obtient des rôles. L’émission s’achève avec un sketch inédit de l’humoriste, qui vient s’ajouter aux nombreuses blagues et anecdotes lancées pendant l’émission. Vous les avez ratées ? Pas de problème, le replay est disponible !

 


Storytelling - 02-03-16 - Jérôme Commandeur sur... par FrequenceESJ