• Slide FESJ 2015

Cette semaine au cinéma : Avengers l'Ère d'Ultron

11006445_945568282153916_6149514629108714444_n.png

CRITIQUE - Chaque vendredi, Valentin Pimare décrypte pour Fréquence ESJ l'une des sorties de la semaine. Aujourd'hui, il attribue la note de 2 sur 5 à Avengers : l’Ère d'Ultron de Joss Whedon, en salle depuis le 22 avril. Une suite plus noire et plus spectaculaire mais qui peine à retrouver la magie du premier volet.

En 2008, personne n'attendait Iron Man. Pourtant ce film a lancé une machine qui semble aujourd'hui inépuisable. De phase en phase, de héros en héros, l'univers Marvel au cinéma fait date. Les blockbusters de l'an 2000 seront super-héroïques ou ne seront pas. Le point culminant arrive en 2012 avec Avengers. Un tournant. Pour la première fois, une équipe de héros se réunit et fait exploser le box office en emportant le public par la même occasion. L’Ère d'Ultron a la lourde tâche de réitérer ce plaisir coupable.

Après la défaite de Loki et son armée de Chitauri, les Avengers continuent de protéger le monde. Seulement le monde est vaste. Dans le but de mettre l'équipe au repos autour d'un verre, Tony Stark développe un programme baptisé Ultron. Tout dérape lorsque cette intelligence artificielle se retourne contre son créateur et se rêve en exterminateur de masse.

Autant le dire d'emblée, cette suite n'arrive pas à la hauteur d'Avengers. Pourtant les bonnes inttentions sont là. Dès le plan (séquence) d'ouverture jusqu'aux joutes verbales savoureuses, l'esprit est à la continuité. On ne peut en vouloir à Joss Whedon. Recréer la magie des premiers moments s'avère difficile. C'est pour cela que le réalisateur emmène les Avengers vers une autre voie. Plus sombre, plus complexe. Une nouvelle fois, chaque héros (nouveaux inclus) se voit offrir son petit instant de gloire. Whedon corrige le tir en faisant d'Hawkeye une figure centrale alors que Tony Stark apparaît plus en retrait. De bonnes idées (La Vision) qui en côtoient des mauvaises. À l'image d'une romance inutile entre le géant de jade et la Veuve Noire.

De part sa volonté d'être moins funs et plus graves, les Avengers perdent de leur superbe. Là où Les gardiens de la galaxie et Le soldat de l'hiver avaient été de bonnes surprises, L’Ère d'Ultron n'affiche pas la même fraîcheur. La faute à un Joss Whedon lessivé après de bons et loyaux services pour Marvel ? Le papa de Buffy assure l'essentiel mais son film peine à surprendre avec une structure calée sur son précédent modèle : héros divisés, vilains stéréotypés, acte final gargantuesque... Pensant plus à l'avenir en préparant soigneusement le terrain pour Plack Panther et Captain America : Civil War, Avengers : l’Ère d'Ultron fait figure de transition avant le grand final que l'on attend depuis la fin du premier film. Reste à savoir si Infinity War redressera un bateau en légère perte de vitesse.  

Derniers articles

Dernières vidéos