"Super Châtaigne est le soldat du peuple"

Super_Chataigne.jpg

2017/PETITS CANDIDATS – Ils sont loin des projecteurs et des caméras, nous allons donc vous les faire découvrir. Qui ? Les candidats oubliés de cette élection présidentielle ! Voici Super Châtaigne, un groupe de jeunes engagés remplis d'ambition.

Mais qui se cache derrière le masque de Super Châtaigne ? Vous et moi. « On est tous Super Châtaigne » affirme l’un des membres de ce collectif  de jeunes engagés créé en Ardèche en 2013. « Composé d’une quinzaine de personnes », ce groupe se veut comme « le soldat du peuple et surtout un candidat antisystème ». Avant tout, Super Châtaigne veut prendre le pouvoir et pour cela ils se revendiquent comme « un média, une identité mais aussi un outil politique ». Pour eux, il faut « refonder le système et les institutions en écrivant une nouvelle constitution ». Ils ne sont pas les seuls à proposer cette réécriture mais en revanche ils souhaitent créer des ateliers constituants dans chaque commune. L’objectif est d’en récolter les premiers fruits en seulement deux ou trois ans. Mais le collectif n’est pas que politique, il se veut également médiatique. L’une des actions du groupe en cas d’accession au pouvoir serait de lancer une grande réforme des médias, ce qui n’a plus été fait depuis 1986 en France. « On veut libérer les journalistes, redéfinir leur rôle » lance ce même représentant. Pour mieux comprendre ce système des médias, Super Châtaigne a même interviewé plusieurs journalistes dont Aude Landecin, ancienne journaliste de L’Obs, licenciée sous l’influence du président de la République.

« Il nous faut une majorité dès 2017 »

Le collectif semble avoir une ambition à toute épreuve. L’un des membres nous confie que Super Châtaigne est en « réseau avec des expérimentations pour les législatives ». Car oui, l’objectif du groupe est d’obtenir une majorité dès 2017 à l’Assemblée. Mais avant cela, il souhaite passer par la case élection présidentielle. « Nous avons 300 promesses de parrainages mais les maires subissent le système politique », faisant allusion aux nouvelles règles de transparence. Il va même plus loin en affirmant que « potentiellement, si nous avons les parrainages, on part pour un printemps citoyen. On peut rafler beaucoup de sièges en France ». La route est encore longue pour le collectif de l’Ardèche qui a enfin trouver sa représentante pour 2017 en la personne de Joëlle de Corte. Sera –t- elle candidate ? Réponse le 17 mars.