David Saforcada : « Il n’y a ni nostalgie, ni passéisme »

David_Saforcada.jpg

2017/PETITS CANDIDATS – Ils sont loin des projecteurs et des caméras, nous allons donc vous les faire découvrir. Qui ? Les candidats oubliés de cette élection présidentielle ! Voici David Saforcada, candidat bonapartiste.

Un candidat bonapartiste en 2017, c’est possible ! David Saforcada fait partie de ces « candidats de l’ombre » qui souhaite faire passer un autre message que celui des partis dits « traditionnels ». « Je défends des valeurs qui puisent leur héritage chez les deux empereurs qu’a eu la France » affirme David Saforcada. Les sujets abordés sont les « sujets forts » de la campagne comme l’autorité ou la souveraineté nationale mais sans tomber « dans la nostalgie ou le passéisme ». Comment se traduit la souveraineté nationale ? « Par une sortie de l’UE, de l’Euro mais aussi de l’OTAN » déclare le candidat qui souhaite tout de même soumettre ces choix à la population par référendum, Napoléon étant le père de ce mode de scrutin. Il souhaite également mettre en avant son « Projet France sur mer » en voulant développer les territoires marins français en y exploitant ses richesses et ses énergies. « La France doit devenir le gendarme écologique de la planète » dit-il, car notre pays possède la deuxième zone maritime la plus importante au monde, juste derrière les États-Unis.

« Environ quinze promesses de parrainages »

David Saforcada peut compter sur le mouvement « France Bonapartiste » dont il fut l‘un des fondateurs en 2000. Aujourd’hui, 1100 personnes environ sont encartées et à jour de cotisation ce qui leur permet d’avoir une base de militants pour les opérations de tractage mais aussi pour développer une présence sur les réseaux sociaux. Pour l’instant, le candidat ne compte qu’une quinzaine de promesses de parrainages, mais à l’heure où nous écrivons ces lignes, aucune d’entre elle n’a été concrétisée. Le mouvement aimerait également se présenter aux législatives, « nous étudions cette questions » dévoile David Saforcada. Dix candidats pourraient potentiellement se présenter notamment dans l’Oise, en Vendée ou en Lorraine. En 2012, lors de ces mêmes élections, « France Bonapartiste » avait récolté 1,8% des suffrages en Haute Garonne.