Primaires de la droite et de la gauche : Quelles différences entre les candidats ?

Primaire_gauche.jpg

Primaires/2017 – Neuf candidats viennent de se déclarer à la primaire de la Belle Alliance, celle de la gauche.  Qui sont-ils ? Et surtout, quelles sont leurs différences avec ceux de la droite et du centre ?

Certains sont expérimentés (Manuel Valls, Arnaud Montebourg…), d’autres totalement inconnus (Fabien Verdier). Neuf politiques, issus de la gauche et de l’écologie, ont déposé leur candidature pour la primaire de la Belle Alliance qui aura lieu les 22 et 29 janvier prochains. Sont-ils plus jeunes que les candidats de la droite ? La parité est-elle respectée ? Nous avons comparé pour vous « l’équipe de la gauche » et « l’équipe de la droite » sur certains critères. 

Zéro pointé  pour la parité 

Lors des dépôts de candidatures à droite, NKM avait reçu le soutien de ses futurs adversaires afin qu’ils ne se retrouvent pas entre hommes. Résultat, elle était la seule représentante féminine de la droite et du centre le 20 novembre dernier. Et la gauche n’a pas de quoi se moquer puisqu’une seule femme également sera présente pour la primaire en la personne de Sylvia Pinel. La présidente du parti radical de gauche souhaitait aller à la présidentielle en solo mais un récent sondage lui prédisait… 0%. Revirement de situation, elle décide de faire partie de la primaire citoyenne.

Des moyennes d’âge presque identiques

Côté âge, les « équipes » ont sensiblement la même moyenne. Sur les neuf candidats de la gauche, on trouve le doyen (Gérard Filoche, 70 ans) mais aussi le petit jeune de la bande (Fabien Verdier, 35 ans). Résultat, une moyenne de 51 ans. À droite, on trouve également le doyen (Alain Juppé, 71 ans) et la cadette (NKM, 43 ans). Mais la moyenne d’âge est légèrement plus élevée en atteignant la barre des 55 ans. En 2012, Nicolas Sarkozy devenait le plus jeune président de la Vème République du haut de ses 52 ans. Record à battre. 

239 ans de mandats cumulés à droite

Expérimentés ou dépassés ? Si l’on réunit l’ensemble des mandats des sept candidats de la primaire de la droit et du centre, nous obtenons… 239 ans d’activité. François Fillon, le vainqueur, en a 47 a lui tout seul si l’on additionne ses différents postes de ministre, de député ou encore de sénateur. Renouveau ou manque d’expérience ? La question inverse se pose à gauche puisque sur la totalité des neuf candidats déclarés à la primaire, ils cumulent 114 ans de mandats. Les deux plus expérimentés étant les anciens ministres Arnaud Montebourg et Manuel Valls.